Publié par yves.cazorla.over-blog.com

Laudun-l'Ardoise | Le groupe "Laudun l'Ardoise Avenir" a émis le 29 août 2011 son article pour la tribune de la revue municipale de novembre 2011

 

pluvial-ardoise1.jpg

Les travaux arrêtés par manque de préparation de la maitrise d'ouvrage et de la maitrise d'oeuvre (photo ML)

 

 

L'opposition réagit aux propos tenus par le groupe "Cap2014" dans la tribune du bulletin municipal de mai - octobre 2011 et à l'espace laissé vide et habituellement réservé au groupe "Laudun l'Ardoise Avenir".

Elle donne des précisions sur les erreurs de gestion des dossiers importants pour la commune par la majorité municipale.

Lisez le texte de 3500 caractères espaces compris (restrictions imposées par M. le Maire) ci-dessous.

 

 

 

Droit des conseillers municipaux :

Dans le dernier bulletin municipal, M. le Maire s’en prend à M. CAZORLA pour son vote sur le budget et son absence lors du débat d’orientation budgétaire alors que l’espace réservé à l’opposition est vide. C’est la méthode de notre Maire et les habitants ne sont pas tombés dans le panneau.

Ils savent que si l’opposition ne s’exprime pas dans la tribune, c’est que M. le Maire veut la priver de ses droits comme il l’a déjà fait dans le numéro de septembre 2009. M. CAZORLA a informé M. le Préfet de ces pratiques et notre groupe reçoit maintenant une lettre RAR qui l’invite à fournir le texte. Pourvu que ça dure.


Présence et rémunération des élus :

Notre groupe a transmis un fax avant le conseil municipal pour demander à M. le Maire de reporter le débat d’orientation budgétaire car aucun membre de notre groupe ne pouvait y assister pour des raisons majoritairement d’ordre professionnel. Il a évidemment refusé et, comme le 19 mars 2009, il a fait le débat avec lui-même. Dans ces conditions, le budget ne pouvait être voté à l’unanimité.

Aussi, il est utile de rappeler que les conseillers d’opposition ne sont pas rémunérés et qu’ils ont des obligations professionnelles. M. le Maire donne des leçons sur ce sujet mais il se permet d’être absent à toutes les séances du conseil général depuis 2009 alors qu’il est payé par le contribuable pour représenter les habitants du canton (www.gard.fr). Il y a là des économies à faire.

 

Incapacité de la  majorité à gérer les dossiers importants :

- Le parc Lavoisier de l’Ardoise, c’est aujourd’hui une seule entreprise et aucun aménagement pour canaliser les eaux de pluie. Cette installation, gérée de façon désastreuse par la municipalité, a été débloquée par l’intervention du député auprès du Ministre des Armées sans quoi ce projet n’aurait pas vu le jour, car prévu sur des terrains militaires. Sans cette intervention, ce sont des emplois qui se seraient envolés. Tant et si bien que cette entreprise veut maintenant s’implanter sur Roquemaure tant les choses sont compliquées à Laudun-l’Ardoise.

- Les halles de Laudun construites par la municipalité sans réfléchir à leur utilité. On peut d’ailleurs remercier les vignerons qui ont soulagé le mal de tête de M. le Maire en animant la féria des vins dans ces lieux.

- Et maintenant les travaux sur le pluvial de l’Ardoise, conduits de façon laborieuse, M. le Maire le dit lui-même dans l’éditorial du dernier bulletin municipal. Dans un tel projet, toutes les étapes nécessitent une préparation méticuleuse par la maitrise d’ouvrage et la maitrise d’œuvre afin d’éviter les surprises pendant la phase d’exécution des travaux. Au lieu de ça, on s’aperçoit que toutes les autorisations ne sont pas délivrées et qu’on avance au coup par coup notamment en essayant de passer sur des terrains privés sans l’accord des propriétaires. M. le Maire ne savait manifestement pas qu’on ne peut pas s’aventurer à l’Ardoise comme à la rue des Lilas.

Selon nos sources, ni la SNCF ni ARCELOR ni l’habitant concerné n’ont été sollicité avant le début des travaux. Rien n’a été anticipé mais notre édile va évidemment s’empresser de le démentir.

En conclusion, les travaux sont à l’arrêt depuis juin 2011 après un raccordement provisoire au réseau dans l’attente du déblocage de la situation.

Les erreurs commises par nos élus pourraient réduire la qualité des travaux et générer des coûts supplémentaires pour le contribuable.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article