Publié par yves.cazorla.over-blog.com

 

Le nouveau visage du Gard

 

 

Territoires l Le préfet a présenté hier ses propositions de regroupement des communes.

 

agglo.jpg

 

« Ce n’est pas la carte idéale mais c’est une carte réaliste. » En quelques mots hier après-midi, devant les élus membres de la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI), le préfet du Gard a résumé plus d’un an et demi de travail. Un an et demi de rencontres avec les élus gardois, les forces vives du département, les parlementaires, le président du conseil général... pour aboutir à une proposition de réorganisation de l’intercommunalité gardoise (jusqu’ici 33 communautés de communes et 3 communautés d’agglomération) finalement mi-figue mi-raisin. Le préfet Hugues Bousiges propose aux membres de la commission d’aboutir, dans le département, à 14 communautés de communes et 4 d’agglomérations.
Un toilettage qui ose certains regroupements prometteurs, notamment à l’Est, dans le Gard rhodanien avec une  puissante agglomération autour de Bagnols (40 communes et 65 000 habitants), une audacieuse communauté autour  d’Uzès et Aramon ou au nord, autour d’Alès avec la périlleuse proposition du préfet de fusion des  communautés de communes Autour d’Anduze, de la Région de Vézénobres et du Mont Bouquet à l’agglomération du  Grand Alès.

 

Le réalisme plutôt que l’idéal

 

Mais, à l’inverse, la carte révélée par le préfet demeure très frileuse sur  l’Ouest et le centre du Gard où le représentant de l’Etat a obéi aux voeux exprimés par les élus, fussent-ils  extrêmement peu ambitieux. « Dans certains cas, j’ai beaucoup hésité, mais j’ai finalement estimé qu’il était prématuré de forcer le destin », a-t-il expliqué. C’est le cas autour du Vidourle, avec le maintien en l’état du Pays de Sommières et  de la communauté Rhony-Vistre-Vidourle, dans les Cévennes viganaises avec le statu quo à la communauté du Pays  Viganais, mais aussi dans le Nord du département, où Hugues Bousiges laisse figé le Pays grand combien et Vivre en  Cévennes, sans parler du “coeur du Gard” où il “isole” la communauté Leins Gardonenque dont il répète pourtant : « Elle finira par aller à Nîmes Métropole.» Finalement, en optant pour le réalisme plutôt que l’idéal, forcément plus  polémique, le représentant de l’Etat espère éviter une levée de bouclier d’envergure départementale. Réponse d’ici la  fin de l’année.

 

 


CE QUI CHANGE Le préfet du Gard propose de modifier : la communauté de communes des Hautes-Cévennes que  rejoindrait Vialas (Lozère). Il fusionne Cévennes-active et Cèze-Cévennes et ajoute les communes de Barjac et de  Molières-sur-Cèze. Il regroupe la communauté de Valcézard, Garrigues actives, Rhone-Cèze-Languedoc, Cèze-sud et  Val-de-Tave plus la commune d’Issirac, l’ensemble formerait la 4e agglomération du Gard. Hugues Bousiges fusionne  aussi la communauté du Pont-du-Gard, de l’Uzège et le Grand-Lussan et ajoute les communes de  Domessan, Baron, Foissac, Collorgues, Saint-Dézéry, Garrigues-Sainte-Eulalie, Aubussargues et Bourdic. Il propose à la communauté de communes de la Côte-du-Rhône gardoise et aux communes de Tavel, Pujaut et Sauveterre de  rejoindre l’agglomération du Grand-Avignon. Le préfet regroupe la communauté Autour d’Anduze, Région de  Vézénobres et celle du Mont-Bouquet à l’agglomération du Grand-Alès. Il unit la communauté de l’Aigoual et de la  Vallée-Borgne et propose de fusionner Cévennes-Garrigues, Coutach-Vidourle et Autour de Lédignan. Quant au Pays  de Sommières, il récupère la commune de Cannes-et-Clairan. Au sud, fusion entre Terre de Camargue et la  communauté de la Petite Camargue.

 

CE QUI NE CHANGE PAS La communauté du Pays Grand Combien n’évolue pas, ni Vivre en Cévennes. Même  chose pour la communauté du Pays Viganais, les Cévennes Gangeoises et Suménoises. Leins Gardonenque reste  en l’état, tout comme Rhôny-Vistre-Vidourle, ainsi que Terre d’Argence et l’agglomération de Nîmes Métropole.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article