Publié par yves.cazorla.over-blog.com

En Gard rhodanien, l’Agglo c’est demain

 

Réforme territoriale l Le mariage d’une fusion et d’une extension de périmètre.

L’union fait la force. Une fusion de cinq communautés de communes (1) et une extension du périmètre existant avec trois nouvelles adhésions (2). Aujourd’hui, c’est le mariage de ces deux éléments qui permet au Gard rhodanien de basculer, dans le cadre de la réforme territoriale, de l’intercommunalité à une seule et unique entité: la communauté d’agglomération.
Alors que ce mariage ne sera officialisé que demain soir, à Bagnols-sur-Cèze, en coulisses, on n’hésite pas déjà à parler « d’une belle réussite et d’exemple ». Demain, l’Agglo du Gard rhodanien affichera un territoire géographique constitué de 42 communes pour un bassin de vie de 68 232 habitants.


« Il a fallu tout inventer » Un proche du dossier
Cette transformation territoriale qui s’apprête à s’opérer n’est pas la première du genre. Mais est, néanmoins, en soi une petite révolution puisque ce nouvel établissement public de coopération  intercommunale (EPCI) à naître, est l’un des rares en France à être le fruit «à la fois d’une fusion, d’une extension et d’une création, insiste-t-on. Il a fallu tout inventer. L’Agglo n’existant pas, nous avons dû créer des réunions de travail avec les 42 maires concernés. Cela, depuis deux ans. C’est assez exceptionnel. Mais ce qui l’est encore plus, c’est que nous, nous serons prêts au 1er janvier 2013!» Là même où certains passages en communauté d’agglo sont reportés à 2014.


Une ville centre, Bagnols

La procédure juridique aussi a dû être inventée. Qui pour convoquer la première assemblée officielle alors que le président de la future communauté d’agglomération doit être justement élu à cette occasion? «Aucun des cinq présidents des communautés de communes existantes n’avait de légitimité à le faire. »

 

La solution est alors venue du préfet du Gard, Hugues Bousiges qui, par courrier, a convoqué la réunion en l’adressant alors au maire de la ville centre du périmètre, Bagnols. Puisque pour créer une communauté d’agglomération, il faut répondre à deux obligations : réunir plus de 50 000 habitants et avoir au moins une commune de plus de 15000 habitants.

 

Demain, l’Agglo du Gard rhodanien, ça sera un président, 15 vice-présidents et 59 conseillers d’agglomération ; 290 personnels dont 180 consacrés exclusivement à l’enfance ; un budget avoisinant les 30 millions d’euros et une priorité donnée à l’économie et l’emploi dans ce qui est aujourd’hui l’unique bassin industriel de la région (source Midi libre du 14/11/2012).


(1) Rhône Cèze Languedoc, Val de Tave, Valcèzard, Cèze Sud et Garrigues Actives.
(2) Issirac a quitté l’intercommunalité de l’Ardèche, Lirac celle de la Côte du Rhône gardoise qui a décidé de se  tourner vers l’Agglo du Grand Avignon, et Tavel, jusqu’alors isolée, a choisi, elle, de se tourner vers le Gard rhodanien.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article