Publié par yves.cazorla.over-blog.com

Lettre aux candidats : Engagements de Muriel DHERBECOURT pour le territoire de la 3ème circonscription du Gard

Veuillez trouver ci-dessous la réponse de Muriel DHERBECOURT à la lettre sur les sujets locaux transmise à tous les candidats aux élections législatives de la 3ème circonscription du Gard qui auront lieu les 11 et 18 juin 2017 :

 

Les engagements sur la Rhodanienne

 

"Le doublement de la RN 86 et 580 entre Pont St Esprit et l’autoroute A9 apparaît comme une nécessité pour le développement économique durable du Gard et du Port l’Ardoise.

 

L’aménagement de cet axe permettrait d’améliorer considérablement l’attractivité et l’accessibilité des pôles économiques du Gard Rhodanien en les rapprochant des grands équipements.

 

Cependant force est de constater que depuis des années ce dossier n’avance pas, voire recule puisque les DUP sont devenues caduques et qu’il faut tout recommencer.

 

Certes, certaines déviations vont voir le jour, contournement de l’Ardoise, rond-point à la sortie de l’autoroute niveau Roquemaure.

 

Il faut une véritable volonté au-delà de tout clivage politique pour reprendre ce dossier. Peut-être faudra t-il oser d’autres solutions, comme la création d’un nouveau pont qui partirait de l’Ardoise et arriverait au niveau de l’échangeur A7/A9.

 

En tout état de causes, il faut aussi faire aboutir la réouverture de la ligne TER rive droite du Rhône qui contribuerait au désengorgement routier de ce secteur."

 

Les engagements sur le nucléaire et Astrid

"Le nucléaire est en quelque sorte la colonne vertébrale de la vallée du Rhône avec dix réacteurs situés en aval de Lyon. Le Gard et la 3ème circonscription en font partie puisque nous avons sur notre territoire le lieu symbolique de Marcoule, berceau du nucléaire français et de la construction des premiers réacteurs. 

 

Le nucléaire ne se limite pas au seul site de Marcoule puisqu’autour, de nombreuses sociétés, des sous-traitants vivent au rythme de l’atome.

 

Le nucléaire constitue le principal employeur scientifique et industriel du Gard et représente au total plus de 5 000 emplois directs et indirects, sur une terre à fort ancrage rural, qui excelle dans la culture viticole.

 

Néanmoins j’ai entendu lors de ma campagne l’inquiétude des partenaires économiques de ce territoire et celle de nombreux gardois.

 

Les incertitudes sur l’avenir du nucléaire, le démantèlement du site de Marcoule sont une angoisse pour notre territoire. Il faut redonner une feuille de route claire à ce secteur.

 

Si je ne sais pas encore quelle sera le choix fait par le nouveau gouvernement qui rassemble Nicolas Hulot assez énigmatique sur le nucléaire et un premier ministre ancien cadre d’Aréva, je sais que si je suis élue député de la 3ème, je me mobiliserai pour faire vivre et valoriser notre savoir-faire nucléaire quels que soient les choix faits par la France dans les prochaines années.

 

Notamment, je me battrai pour faire aboutir le projet de réacteur de 4ème génération Astrid. La phase d’avant projet sera terminé en 2019, il faudra donc passer à la phase opérationnelle.

 

Il faudra défendre le site de Marcoule pour l’accueillir, trouver les financements et enfin définir l’exploitant.  Je défendrai ce projet vital pour notre secteur

 

Le savoir faire de notre territoire dans un domaine de pointe comme le nucléaire ne doit pas être la victime des doutes ou tourmentes. 

 

Nous avons une véritable carte à jouer sur le moyen et long terme pour que notre capital scientifique soit force de proposition, pour que notre filière d’excellence notamment en matière de recyclage des déchets et de démantèlement de centrales puisse perdurer et se vendre niveau national et international.

 

Je pense sur ce sujet également au devenir de la Centrale Thermique d’Aramon.

 

Cela n’est pas incompatible avec la transition énergétique qui doit être faite avant 2025 avec 50 % de nucléaire en moins, soit la fermeture de 20 réacteurs."

 

 

Les engagements sur le numérique

 

"Le très haut débit, un enjeu majeur pour le territoire.

 

Outre l'enjeu économique et social de la nouvelle économie numérique, le THD va aussi désenclaver les territoires éloignés des grandes villes en leur donnant la possibilité de participer de plain-pied aux nouvelles formes de citoyenneté.

 

Un schéma départemental est mis en place dans le cadre du Plan National Très Haut Débit.

 

Ce projet va se concrétiser à partir de cette année en commençant par les communes qui aujourd’hui sont les moins bien desservies par internet.

 

C’est la technique de la « montée en débit », qui va être mise en œuvre : fibre optique jusqu’au sous répartiteur (armoire de rue) relayée ensuite par la ligne téléphonique jusqu’à l’usager. Ce programme sera réalisé en 3 ans. 

 

Dès 2018, le département va engager en parallèle la réalisation d’un réseau en fibre optique jusqu’à l’usager pour les zones qui ne bénéficieront pas de cette opération. Ce volet sera réalisé en 4 ans. 

 

Les priorités : 

  • desservir en priorité les territoires les moins bien servis,
  • financement porté à 100 % par le Département sans recours à la participation des communes ou des Communautés de Communes,
  • réseau ouvert à l’ensemble des opérateurs de télécommunication qui souhaitent l’utiliser."

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :