Publié par yves.cazorla.over-blog.com

Pendant ce temps, la maison Albert André est toujours à l'abandon
Pendant ce temps, la maison Albert André est toujours à l'abandon

Pendant ce temps, la maison Albert André est toujours à l'abandon

La maison Albert André fait partie du patrimoine de la commune de Laudun-l'Ardoise et plus largement de notre territoire du Gard Rhodanien.

Depuis la mort de la fille adoptive du peintre, Jacqueline BRET-ANDRE en 2006, la maison dont la commune a hérité, est abandonnée et dans un état critique qui n'émeut ni les décideurs de la commune ni ceux de l'agglomération du Gard Rhodanien.

En tant que conseiller communautaire, j'ai sollicité plusieurs fois le Président de l'agglomération du Gard Rhodanien sur ce sujet lors de plusieurs conseils communautaires.

Lors du conseil communautaire du 14 mars 2016, il a répondu ceci :

"Pour les travaux nécessaires, au dernier comité de pilotage, celui qui s’occupe du legs, l’exécuteur testamentaire a donné son feu vert, donc on va pouvoir puiser dans les 500 000 € du fond légué pour pouvoir tout de suite rentrer en première phase de travaux."

Puis ceci :

"Sur la maison, tu as dit plusieurs fois musée ou maison, mais je pense que tu parlais de la maison Albert-André, tu ne parlais pas du musée, l’étude porte sur le musée Albert-André qui intègre la maison Albert-André. Et ensuite, pour les travaux nécessaires, au dernier COPIL, celui qui s’occupe du legs, l’exécuteur testamentaire a donné son feu vert, donc on va pouvoir puiser dans les 500 000 € du fond légué pour pouvoir tout de suite rentrer en première phase de travaux."

J'ai bizarrement été le seul élu Lauduno-Ardoisien à presser le Président de l'agglomération d'agir lors du conseil communautaire du 17 octobre 2016, 7 mois plus tard, et à la question "Ou en est-on des travaux d'urgence à réaliser sur la maison Albert André", il a répondu :

"Nous sommes en train de faire faire les devis et les travaux ne devraient donc pas tarder".

Ne voyant rien venir et n'ayant toujours aucune information ni de la part de la commune ni de la part de l'agglomération du Gard Rhodanien, j'ai décidé d'écrire au Président de l’agglomération le 7 novembre en mettant en copie tous les conseillers d'agglomération, pour qu'il mette le sujet à l'ordre du jour du Conseil communautaire du 12 décembre 2016 en ajoutant que le temps des devis devait maintenant être clos. L’objectif était de le faire réagir et de savoir ce qui cloche dans cette affaire.

Ma ténacité a fini par payer. Il m'a adressé un courrier le 30 novembre 2016 (lire ici) en me donnant des précisions qu'en tant que conseiller municipal de la commune de Laudun-l'Ardoise, selon lui, j'aurai dû avoir :

  • Le bâtiment de la maison d'Albert-André est la propriété de la commune de Laudun-l'Ardoise dont les services ont été désignés par le comité de pilotage pour réaliser un diagnostic et faire un devis des travaux nécessaires. Un courrier a été adressé au Maire de Laudun-l'Ardoise par le Président de l’agglomération dans ce sens le 27 octobre 2016 (lire ici). M. le Maire de Laudun-l'Ardoise n'a pas répondu à ce courrier.
  • Il précise en outre que le legs ne peut être mobilisé qu'à la demande de la commune de Laudun-l'Ardoise.

Je remercie le Président de l’agglomération pour sa réponse. Il fait mieux sur ce point que le Maire de Laudun-l’Ardoise qui n’a jamais répondu a aucun des courriers que je lui ai adressés.

Je l’encourage toutefois à continuer dans ce sens et éviter de faire perdre du temps à tout le monde pour que soyons tous plus efficaces lors des prochains conseils communautaires.

Concernant le Maire de Laudun-l’Ardoise, j’attends de sa part des explications sur le manque de réactivité dont il fait preuve sur ce sujet et sur le silence radio de l’ensemble des autres conseillers de la commune à l’agglomération.

Les querelles internes des élus locaux du parti socialiste y sont pour quelque chose. Tout le monde le sait, et je déplore que ces élus leur sacrifient l’intérêt général. Et c’est bien de ça dont il s’agit.

Il est temps d’arrêter de prendre les habitants en otage et de travailler ensemble dans le même sens pour la collectivité.

Concernant l’état de dégradation avancée de la maison, il ne s’agit pas seulement de donner un coup de balai tous les 10 ans pour faire croire à tout le monde qu’on défend le patrimoine local.

Un entretien régulier de cette maison aurait été plus efficace. Il aurait probablement évité de laisser ce patrimoine se dégrader et aurait plutôt permis d’utiliser le legs de 563 000 € pour mettre ce bien en valeur comme le souhaitait Jacqueline BRET-ANDRE.

Malheureusement, il faut maintenant agir dans l’urgence et ensemble. Je rappelle que les élus sont au service de leurs administrés et que c’est donc l’intérêt général qui doit être privilégié.

Enfin, je demande qu’un bilan soit fait et rendu public pour déterminer les responsabilités de chacun des élus décideurs sur ce sujet. Nous le devons à ceux qui nous ont donné mandat, les électeurs.

Yves CAZORLA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article