Publié par yves.cazorla.over-blog.com

Pas de pause fiscale en 2014 pour les ménages de Laudun-l'Ardoise

Pas de pause fiscale en 2014 pour les ménages de Laudun-l'Ardoise

Ceux qui n’étaient pas invités au repas organisé par le CCAS ce samedi 19 octobre 2013 à midi en l’honneur des ainés de la commune ont raté une intervention musclée du Maire de Laudun-l’Ardoise.

 

Une intervention qu’on aurait préférée ailleurs que lors de la journée conviviale et amicale qui était censée les rassembler loin de tout discours politique dans la joie et la bonne humeur avec le plaisir de rencontrer des amis. Des amis qu’ils n’ont peut-être pas l’occasion de voir tous les jours parce que les déplacements sont peut-être difficiles pour certains d’entre eux et les finances restreintes pour d’autres rendant les sorties de plus en plus rares.

 

Mais le premier édile s’en moque et hausse le ton pour dire qu’il veut rétablir une vérité, sa vérité. Il insiste en disant que ce n’est pas celle des médias, mais la vraie, la sienne. Celle qu’il est le seul à partager avec la majorité gouvernementale favorisant le matraquage fiscal des Français et repoussant la pause fiscale promise par le Président de la République. Elle serait pourtant nécessaire.

 

Sa vérité, M. le Maire la dit avec aplomb mais c’est trop gros pour être crédible et beaucoup de personnes présentes ne l’accepte pas. Il la dit de façon agressive allant même jusqu’à reprocher à certains de parler dans son dos. On n’en croit pas nos oreilles. « Si on n’est pas content c’est pareil » dit-il. Quelle délicatesse ! C’est surréaliste !

 

Selon lui, l’impôt sur le revenu payé en 2013 a été décidé en 2011 par l’ancien gouvernement. C’est donc toujours Nicolas Sarkozy le responsable. On l’aurait parié, la formule est rodée. Voilà comment ne pas assumer ses responsabilités en moins de 5 minutes et comment tenter de remobiliser les habitants avant les prochaines élections municipales. La loi l’oblige pourtant à ne pas profiter de sa position de Maire pour influencer les électeurs dans une période de 6 mois avant les élections municipales de 2014. Soit depuis le mois de septembre 2013. Il s’en moque aussi.

 

Les ainés de la commune seraient donc selon lui des ignorants et ils ne peuvent pas passer un moment convivial ensemble sans être agressés verbalement.

 

C’est en faisant le tour de toutes les tables pour saluer les convives que certains d’entre eux auraient eu le tort de lui poser des questions sur la politique budgétaire nationale qu'ils n'approuveraient pas, histoire de lui donner une occasion de communiquer sur le sujet. Mal leur en a pris.

 

Pourquoi les gens posent-ils des questions ? Tout simplement parce que ce sont des électeurs et qu’ils sont en droit de savoir ce que font les responsables politiques de leur argent et de vérifier s’ils méritent toujours leur confiance. C’est légitime.

 

Comment pourrait-il comprendre ces personnes puisqu’il ne demande jamais leur avis ni aux Laudunois ni aux Ardoisiens et qu’il prend toujours seul toutes les grandes décisions de la commune alors qu’il aime à rappeler qu’il est l’enfant du pays.

 

La vérité n’est pas celle qu’il défend. Elle est tout autre car le Député qu'il est a une part de responsabilité sur l’impôt que les ménages paient aujourd’hui. Il fait en effet partie du groupe de parlementaires qui a voté la loi de finances 2013 à l’assemblée, promulguée non pas par Nicolas Sarkozy mais par François hollande le 29 décembre 2012. Celle-ci met en place un matraquage fiscal sans précédent pour les entreprises et les ménages. C’est un peu facile de le nier devant les ainés de la commune, M. le Maire, et pas très courageux.

 

La vérité c’est qu’il n’y aura pas de pause fiscale puisque le projet de finances 2014 prévoit encore 12 milliards d’impôts nouveaux pour 2014.

 

On espère que l’année prochaine quand tout le monde aura reçu sa feuille d’impôt, il cessera de dire : « ce sont nos prédécesseurs les responsables » ? Rien n’est moins sûr.

France 2 20h Ils ont reçu leur feuille d'impôt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article